Pour cette année 2020-2021 poursuit son séminaire mensuel transversal DEIS « Design Et Innovation Sociale ».
Le séminaire a lieu le jeudi sur le site Hoche de l’Université de Nîmes, en salle 111.
L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

> Adresse > Plan d’accès


Jeudi 22 octobre 2020, de 14h00 à 16h00
Has the COVID crisis changed how societies can think? 

Intervenant :

The talk will examine how innovations through the COVID crisis around the world have pointed to new ways of harnessing intelligence of all kinds – from data and AI to collective intelligence, and including the energies and ideas of civil society.  It will look at the long-term implications for the organisation of data and knowledge; and for experimentation at large scale.

La crise du COVID a-t-elle changé la façon dont les sociétés peuvent réfléchir ?
La présentation étudiera la manière dont les innovations qui ont émergé à travers le monde en raison de la crise du COVID ont mis en lumière des approches nouvelles pour exploiter de l’intelligence sous toutes ses formes – allant des données et de l’intelligence artificielle (IA) à l’intelligence collective, y compris des énergies et des idées issues de la société civile. Elle examinera les implications à long terme pour l’organisation des données et des connaissances ainsi que pour l’expérimentation à grande échelle.


Jeudi 19 novembre 2019, de 14h00 à 16h00
La 27e Région, retour sur 12 années de recherche-action en design   

Intervenant :

Depuis presque 12 ans, la 27e Région conduit des programmes de recherche-action dont l’objectif est d’inspirer les modes d’action publique de demain. Qu’est-ce qui a guidé son action ? Quelle est la place du design dans son travail ? Et quelles compétences attend t-on désormais d’un designer de politiques publiques ?

Jeudi 10 décembre 2019, de 14h00 à 16h00
En cours de programmation   

Intervenants :

  • xx
  • invitée par

Séance en cours de programmation.


Jeudi 21 janvier 2020, de 14h00 à 16h00
Pratiques de l’habitat et lien social

Intervenant.e.s : Francesca Bianchi et Pierluigi Cervelli 

Développer le lien social avec des nouvelles pratiques de logement partagées

  • Francesca Bianchi est professeure associée en Sociologie à l’Université de Sienne. Elle est responsable de l’orientation du Département de l’éducation, des sciences humaines et de la communication interculturelle d’Arezzo où elle enseigne la sociologie générale et la sociologie des inégalités et du welfare. Elle est membre du Bureau de la Qualité de l’Université et du Centre Interuniversitaire Jeunesse, Education, Orientation (GEO). 

L’aspiration récente à la collaboration et au partage dans les différents domaines de la vie quotidienne implique également des pratiques spécifiques de logement. Face à des politiques du logement qui semblent en crise, ceux qui optent pour l’utilisation de biens et de services partagés augmentent de jour en jour. Le but de l’intervention est de présenter un panorama des modes de vie partagés. Dans les initiatives considérées, issues des visites de sites, des observations ethnographiques ainsi que des résultats d’une enquête avec les habitants, nous retrouvons des pratiques d’entraide, de solidarité et de réactivation du lien social, avec des effets stimulants tant pour l’action individuelle et sociale que pour la régénération des tissus urbains. L’intervention portera sur l’étude scientifique des nouvelles formes de cohabitation.

Pratiques de l’habitat et dynamiques de communauté dans les grands ensembles HLM : une recherche-action dans la ville de Rome

  • Pierluigi Cervelli est enseignant-chercheur en sémiotique à l’Université La Sapienza de Rome. Il est membre du College doctoral en Ingénierie de l’architecture et de l’urbanisme de l’Université La Sapienza.

Les quartiers HLM représentent aujourd’hui d’une manière exemplaire la complexité du problème du logement et de l’intervention publique en Europe. Sur la base du travail interdisciplinaire réalisé à partir de 2015 et de l’observation ethnographique (et ethno-sémiotique) de l’un des quartiers HLM parmi les plus grands d’Europe, cette intervention vise à apporter des éléments de réflexion sur le rôle de l’espace publique, de sa relation avec les pratiques d’interaction entre les habitants, de son rapport avec les espaces privés. Cela comporte un certain nombre de réflexions qu’on essayera – plutôt que d’épuiser – d’ articuler :
– la pertinence d’une approche intégré entre sciences sociales, urban studies et disciplines du projet ;
– la relation entre savoir « expert » et savoir « local » et le rôle du chercheur dans la recherche- action ;
– la relation entre définitions de l’espace publique et collectifs socio-thecniques.


Jeudi 18 février 2020, de 14h00 à 16h00
Design et recherche, cas d’écoles  

Intervenantes :

  • Annick Lantenois, professeure d’enseignement artistique design graphique, histoire et théorie du design à l’ÉSAD • Valence, enseignante historienne du design théoricienne du design.
  • Bérénice Serra, plasticienne et éditrice indépendante, professeure d’éditions à l’ésam Caen/Cherbourg.
  • invitées par Lucile Haute et Vanessa Roussillon

Séance en cours de programmation.


Jeudi 18 mars 2020, de 14h00 à 16h00

La recherche-action: expertise et espaces tiers

Intervenant :

  • Hugues Bazin, chercheur indépendant en sciences sociales. Animateur du Laboratoire d’Innovation Sociale par la Recherche-Action et de la plate-forme Recherche-Action chercheur associé à la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord.
  • invité par Marie-Julie Catoir-Brisson et Thomas Watkin

Séance en cours de programmation.


Jeudi 15 avril 2020, de 14h00 à 16h00
Vers un designer permanent

Intervenantes :

  • Edith Hallaueur, agrégée d’arts appliqués, ancienne élève du département Design de l’ENS de Cachan, après un séjour en histoire de l’art et un master en Design et environnements à la Sorbonne, elle se plonge dans les livres. Avec Patrick Bouchain, elle publie chez Actes Sud plusieurs ouvrages, dont Histoire du Palais-Royal, Daniel Buren, Les Deux PlateauxConstruire en habitantHistoire de construireSimone et Lucien Kroll, une architecture habitée. En 2017, elle soutient une thèse en urbanisme intitulée « Du vernaculaire à la déprise d’œuvre », sous la direction de Thierry Paquot. Elle a cofondé et anime la revue Strabic.fr depuis 2011, et depuis 2015 la cabane d’édition Hyperville. Elle est coordinatrice des mémoires de diplômes à l’ENSCI – Les Ateliers.
  • Agathe Chiron, designer et plasticienne, formée au design et à l’architecture d’intérieur, elle s’est rapidement penchée sur la question de la collaboration avec les publics usagers. Son travail d’accompagnement maïeutique s’est développé à toutes les échelles, dans des programmes mixtes de plus en plus complexes. Depuis plusieurs années, elle mène des projets pédagogiques ambitieux auprès de publics variés, les fédérant autour d’un projet construit collectivement, dans le temps. L’amélioration de leurs conditions de vie est toujours au cœur des échanges ; mais pour rassembler les acteurs de la ville dans leur diversité, la confiance doit se tisser, les tensions se désamorcer, les rêves éclore.
  • invitées par Marine Royer

Jeudi 20 mai 2020, de 14h00 à 16h00
Design et pédagogie : pour une démocratie technique ?

Intervenant :

  • John Didier, professeur en didactique des activités créatrices et techniques à la Haute École Pédagogique de Vaud, Suisse. Co-responsable du laboratoire international CREAT (Création et Recherche dans l’Enseignement des Arts et de la Technologie), UER AT & UER MUS HEP Vaud, INSPÉ Strasbourg, ACCRA (EA 3402) Strasbourg.
  • invité par Jérôme Dupont

La notion de projet est la pierre angulaire d’une part des nouvelles formes de pédagogies modernes et d’autre part du design comme figure d’émergence de la modernité. Or, comme le montre John Dewey, elle est plus structurellement un projet de société impliquant une philosophie de l’éducation liée à la mise en œuvre du projet démocratique. En un temps où l’opacité des dispositifs techniques entre en conflit avec la transparence d’un débat démocratique nécessitant des citoyens informés, la question artéfactuelle apparaît comme un enjeu politique central aux croisées entre la philosophie de l’éducation et de celle du design.