Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

PROJEKT | May 24, 2017

Scroll to top

Top

Séminaire DEIS « Design et innovation sociale » 2016-2017

700X325-DEF

L’année 2016-2017 est l’année 3 de notre séminaire Design et innovation sociale (DEIS).
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.
Site Hoche, salle 111 (sauf mention contraire).
Informations pratiques et plan d’accès

Séance 01

Lundi 3 octobre 2016, 14h00 à 16h30

Maintenance, fragilité matérielle et care des choses

Intervenants :
Jérôme Denis, Centre de sociologie de l’innovation (UMR 9217), i3, MINES ParisTech 

Présentation :
Rarement considérées en sciences sociales, les activités de réparation et de maintenance constituent pourtant une dimension essentielle des conditions d’existence des objets techniques. Les étudier permet de produire un double déplacement : requestionner la notion même de matérialité en l’élargissement à l’usure et à la fragilité ; et ajouter aux figures habituelles de l’innovateur conquérant et de l’usager plus ou moins bricoleur celle des travailleurs généralement invisibles, qui assurent au quotidien la permanence matérielle des objets et des environnements matériels. Plus généralement, l’étude de la réparation et de la maintenance s’inscrit dans les débats récents en Science and Technology Studies sur l’éthique du care. Comment penser la vulnérabilité du monde ? Que peut-on apprendre du care non seulement des personnes, mais aussi des choses ?

Séance coordonnée par Marine Royer.

 

Séance 02

Mercredi 19 octobre 2016, 14h00 à 16h30 / salle 120

Design, numérique et pédagogie innovante 

Intervenants :
Frédéric Lagarrigue, IA-IPR Arts Appliqués, Rectorat de Toulouse

Présentation :
Cette séance portera sur la problématique du numérique dans l’enseignement en arts appliqués. Il s’agira de présenter quelques enjeux soulevés par cette problématique, ainsi que des retours d’expérience d’enseignants en Arts Appliqués qui ont développé des outils innovants. Un débat avec le public présent sera ensuite engagé afin de réfléchir sur les transformations des méthodes pédagogiques qui accompagnent le développement des outils numériques dans l’enseignement des Arts Appliqués.

Séance coordonnée par Brigitte Auziol et Marie-Julie Catoir-Brisson

 

Séance 02

Lundi 7 novembre 2016, 14h00 à 16h30

Designer interne et designer externe, quelle collaboration dans l’institution publique ?

Intervenants :
Anaïs Triolaire,  designer ‎indépendante InVivo Design Studio – ‎Laboratoire d’innovation publique de la Region PACA

Yannick Leguiner, Pôle Eco Design Gardanne

Présentation :
Après un an et demi d’existence, la Labo d’innovation publique de la Région PACA a fait appel à un prestataire, le Pôle Eco Design, pour mener un projet sur les futurs usages de l’Université Régionale des Métiers. Dans le cadre de ce projet de prestation, comment se passe la relation entre le designer « intégré » au sein de l’institution et le designer externe ? Comment peut-on faire fructifier cette collaboration et dépasser les rôles de donneurs d’ordre et d’exécutants pour passer à un système de prestation collaborative ?

Séance coordonnée par Michela Deni

 

Séance 03

Lundi 5 décembre 2016, 14h00 à 16h30

L’édition de revues académiques : revisiter les formes de validation et de diffusion de la connaissance

Intervenants :
Lise Verlaet, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université Paul-Valéry Montpellier 3 (LERASS-Céric / ITIC)
Julien Mary, chargé de mission scientifique, MSH Sud

Présentation :
Dans le cadre du programme de recherche « Design et édition numérique innovante » porté par Stéphane Vial au sein de PROJEKT, il s’agira de discuter et de réfléchir aux nouveaux besoins de la communauté scientifique en matière d’édition académique en contexte numérique et aux nouvelles possibilités d’innovation sociotechnique dans ce domaine, dix-sept ans après la naissance de Revues.org. Dans ce but, Lise Verlaet et Julien Mary présenteront leurs réflexions à partir du projet NUMEREV, portail de revues numérique enrichi et site médiateur en open access porté par la nouvelle MSH-Sud dans le cadre de son premier appel à projets.

Séance coordonnée par Stéphane Vial.

 

Séance 04

Lundi 9 janvier 2017, 14h00 à 16h30

Ludologie ou design ludique ? (*)

Intervenant :
Boris Solinski, ATER en design à l’université de Nîmes (groupe Projekt)

Présentation :
La ludologie serait la science du jeu, c’est-à-dire moins un champ d’application qu’un rapport au monde. S’inscrivant à la fois comme un discours, celui des hommes sur le jeu et du ludique sur l’homme, et à la fois comme un processus complexe, la ludologie vise moins à l’étude d’un objet en tant que tel qu’à sa dynamique, le ludique, faite de contraintes et de potentialités, au cœur desquelles se trouve le plaisir et son fondement, le choix. D’où vient la ludologie ? Comment se positionne-t-elle entre sémiotique et design ? Comment peut-elle contribuer à l’enrichissement de ce dernier ? Quelles pistes méthodologiques peut-elle ouvrir ? Voici quelques unes des questions – puisque la ludologie (à l’instar du ludique) questionne plus qu’elle ne répond – qui seront soumises à la discussion des participants.

Séance coordonnée par Michela Deni et Stéphane Vial.

 

Séance 05

Lundi 6 février 2017, 14h00 à 16h30

Médiation, données numériques, engagement écologique : présentation de trois thèses en design en cours

Intervenants :
Brigitte Auziol, doctorante (ED 537, Univ. d’Avignon) sous la direction de Marie-Sylvie Poli
Rose Dumesny, doctorante (ED 583, Univ. de Nîmes & Orange Labs) sous la direction de S. Vial
Yaprak Hamarat, doctorante (Université de Montréal) sous la direction de Ph. Gauthier, et ATER UNÎMES

Brigitte Auziol
Exposer le design : formes et intentions
Cette thèse se propose d’interroger le développement actuel des expositions de design en cherchant à distinguer et qualifier leurs singularités et leurs spécificités. À travers un échantillon soucieux de rendre compte des formes d’expositions les plus usuellement rencontrées, nous tentons une exploration du champ qui vise la compréhension du phénomène et l’élucidation des motivations qui expliqueraient son extension remarquable en ce début du XXIème siècle.

Rose Dumesny
Sensibles données
Le design des données désigne un champ de recherche et d’exploration des données permettant de créer des « objets » afin que chacun puisse percevoir et penser le numérique. Dans cette optique, la maîtrise des mises en forme de la donnée et de leurs interprétations est un enjeu majeur dans le but de comprendre et valoriser les nouveaux usages numériques. L’objectif de la thèse est d’apporter des éléments pour comprendre ces usages et mieux anticiper les besoins qu’ils génèrent, en s’inscrivant dans un domaine peu exploré : celui de la perception des données numériques.

Yaprak Hamarat
L’usage de la photo-ethnographie pour étudier l’esthétique de l’engagement écologique
Les qualités sensibles et perceptibles de l’environnement sont intimement liées à notre capacité à créer le commun avec ce dernier. Dans le cadre d’une thèse de doctorat en design, une enquête photo-ethnographique a été menée afin d’étudier l’esthétique des gestes quotidiens des groupes et des personnes engagées envers la cause environnementale. L’objectif de cet exposé est de poser un regard sur la place, l’intérêt et les limites de la photographie comme donnée pour étudier les qualités sensibles et perceptibles propres à l’engagement écologique.

Séance coordonnée par Stéphane Vial et Michela Deni.

 

Séance 06

Lundi 6 mars 2017, 14h00 à 16h30

Santé mobile, design de
services et sommeil

Intervenants :
Beatriz Abril, Neurologue, Unité du sommeil, Service d’Exploration Fonctionnelle du Système Nerveux, CHRU de Nîmes et Gauthier Brisson, Médecin généraliste, Ville de Nîmes.

Présentation :

Cette séance s’inscrit dans le cadre du programme de recherche « Design et santé connectée » coordonné par Marie-Julie Catoir-Brisson au sein de PROJEKT. A partir de l’expérience d’une chef de service dans une unité de soins de neurologie spécialisée dans le sommeil, il s’agira de comprendre l’usage de dispositifs numériques dans cette spécialité et d’initier une réflexion sur l’apport du design-centré-humain pour développer des projets orientés vers l’innovation sociale dans le champ de la santé connectée. Des pistes de réflexion ouvrant sur la conception d’un dispositif basé sur une médiation humaine et numérique pour un suivi de l’insomnie chronique chez l’adulte seront proposées.

Séance coordonnée par Marie-Julie Catoir-Brisson.

 

Séance 07

Lundi 3 avril 2017, 14h00 à 16h30

Sociologie de l’habitat contemporain : pour un design centré habitant

Intervenant :
Guy Tapie, sociologue, ENSAP Bordeaux, Centre Emile Durkheim

Présentation :
Faire une sociologie de l’habitat demande selon Guy Tapie de mener une « socio-architecture de l’habitat ». Pour cela il s’agit de situer l’habitat comme le lieu de rencontre de la sphère publique et de la sphère privé, de la construction individuelle et de la vie sociale et collective. En s’appuyant sur les propos de son ouvrage Sociologie de l’habitat contemporain : vivre l’architecture (Parenthèses, 2014), l’auteur sera invité à ré interroger les dynamiques observées de l’habitat sous la forme d’un dialogue pour les ré contextualiser dans les logiques des pratiques habitantes et de leur production. En partant de l’analyse faite par l’auteur de l’habitat et des modes d’habiter contemporains en France, définis comme les modes d’usage et de représentation du logement et de son environnement, on cherchera à comprendre les nouvelles formes d’habitat en rapport à la construction du lien social. Les nouvelles formes d’économie du logement (collaborative, participative, solidaire) et processus de désocialisation (démographique, travail, mobilité) constitueront ici des pistes de réflexion à cette conversation.

Séance coordonnée par Thomas Watkin.

 

Séance 08

Lundi 15 mai 2017, 14h00 à 16h30

La structure des interactions homme/robot humanoïde : de la nécessité d’une sémiotique en « mode mineur » (*)

Intervenants :
Didier Tsala Effa, maître de conférences, directeur du Master de sémiotique et stratégies, CeReS – Université de Limoges

Présentation :
Alors que dans un premier temps, pour concevoir (designer) les robots humanoïdes, l’accent était mis sur la programmation des tâches pratiques (percevoir et explorer son environnement, agir dans cet environnement, maîtriser la chaîne perception-décision-action), ces tâches sont aujourd’hui associées presque naturellement à des interactions sociales. On parle de robot domestique, de robot compagnon, de robot social, de robot affectif, autant d’appellations pour signifier ce changement de paradigme. En prenant appui sur le principe du « mode mineur de la réalité » (Albert Piette), nous montrerons que c’est en interrogeant non uniquement ce qui se passe entre l’humain et le robot-humanoïde, mais bien en regardant les signaux résiduels qui traduisent la continuité de cette interaction qu’il est possible d’en percevoir les règles de structuration. 

Séance coordonnée par Michela Deni 

 

Informations pratiques

Université de Nîmes, Site Hoche, salle 111.
1 place du président Doumergue 30000 Nîmes

unnamed

(*) Séance à laquelle assistent les étudiants de la CPGE Arts et Design de Nîmes