Pour cette année 2022-2023 poursuit son séminaire mensuel transversal DEIS « Design Et Innovation Sociale ».
Le séminaire a lieu les vendredis sur le site Hoche de l’Université de Nîmes.
L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

> Adresse > Plan d’accès


Programmation 2022-2023

Séminaire mensuel transversal DEIS « Design Et Innovation Sociale »

Vendredi 09 décembre 2022 – 14h-16h
Milieu-Tech et design des communs technologiques

Intervenant :

  • Victor Petit, Docteur en  philosophie de sciences et techniques est enseignant chercheur à l’Université de technologie de Troyes (UTT). Il est chercheur associé de l’EA 2223 COSTECH de l’Université technologique de Compiègne.

Invité par : Christophe Moineau

Résumé : Comment passer d’une éco-conception de l’objet à une éco-conception des pratiques ? Comment sortir de l’alternative entre la Big-Tech et la Low-Tech, et développer une pratique Milieu-Tech  – « milieu » qui ne dit ni le centre ni l’environnement ? Comment dé-faire ou comment comprendre le dé-projet (celui de Global Tools par exemple) ? Comment tisser des liens durables entre design territorial et communs technologiques ? Comment réinvestir la conception et les pratiques des infrastructures sans succomber aux insuffisances du DfE ou au prométhéisme du design total ? En quel sens le design peut-il aider la techno-diversité ? Voici, sommairement, les questions que je soulèverai dans cette intervention, en tentant bien sûr d’y répondre.


Vendredi 20 janvier 2023 – 14h-16h
Recherche de plein vent

Intervenant :

  • Pascal Nicolas-Le Strat, sociologue, professeur en sciences de l’éducation, membre du laboratoire Experice et co-responsable de sa thématique structurante « Territoires en expérience(s) » (développée sur le site de Campus Condorcet), Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

Invité par : Marine Royer

Résumé : Une recherche de plein vent dépeint une situation où le terrain de la recherche ne correspond pas au terrain du chercheur, à savoir à son terrain d’exercice professionnel qu’il délimite traditionnellement avec ses outils méthodologiques. Ce mot-image désigne une pratique sociologique qui échappe à un cadre préétabli. Elle se déroule hors les murs (méthodologiques). Elle s’exerce à terrain découvert. Le chercheur ne préfigure pas, n’anticipe pas les réalités sociales auxquelles il se trouvera confronté. Il avance effectivement « à découvert ». Il éprouve son terrain en temps réel, in situ. La scène de la recherche échappe à tout scénario méthodologique car, en fait, elle coïncide avec les multiples scènes de la vie ; elle se mêle à elles, s’hybrident avec elles. Une recherche de plein vent est fondamentalement une recherche en expérimentation, tant le chercheur doit inventer pour faire face, risquer de nouvelles approches pour relever le défi d’une réalité innombrable, tester de nouveaux cadres théoriques pour appréhender des situations mouvantes. Il n’a pas d’autres solutions que de s’exposer aux réalités pour les « découvrir », et de réajuster ses outils autant que nécessaire.

 

Vendredi 17 février 2023 – 14h-16h

Partage de savoirs en contexte de recherche collaborative orientée par la conception

Intervenant·es :

  • Pr. Éric Sanchez (Université de Genève)
  • Estelle Prior, doctorante (Université de Genève)

Invité·es par : Béatrice Gisclard, Christophe Moineau

Résumé : Le Laboratoire d’Innovation Pédagogique (Université de Genève) mène des recherches sur les usages du numériques en éducation en mobilisant des méthodes qui relèvent de la recherche orientée par la conception (ROC) ou Design-based Research (DBR) (The Design-Based Research Collective, 2003 ; Sanchez et Monod-Ansaldi, 2015). Il s’agit d’articuler les finalités heuristiques de la recherche (le dessein) et les visées pragmatiques du design (le dessin).  Cela passe par des travaux collaboratifs où chercheurs de différentes disciplines (SHS et STIC) et praticiens de différents domaines (enseignants, game designers, graphistes) collaborent pour concevoir et expérimenter des artefacts numériques dédiés à un usage pédagogique.

Au cours de cette présentation à deux voix, nous présenterons le projet co.LAB (A digital lab for the co-design, co-development and co-evaluation of digital learning games) qui bénéficie d’un soutien financier du Fonds national de la recherche scientifique suisse qui s’inscrit dans le Programme Nationale de la Recherche “Transformation Numérique” (PNR77). Ce projet vise à formaliser le processus de conduite de la recherche de type ROC et à l’implémenter sous la forme d’une plateforme numérique. La plateforme co.LAB est dédiée à  l’accompagnement des équipes pluridisciplinaires et multi-expertises pour la co-conception, le co-développement et la co-évaluation de jeux numériques éducatifs. Les premiers résultats du projet tendent à montrer que la question de la collaboration peut être abordée sous l’angle du partage de savoirs. Les travaux que nous menons s’appuient ainsi sur le concept d’objet frontière (Star et Griesemer, 1989 ; Carlile, 2004) et le concept de praxéologies (Chevallard, 1997 ; Sanchez et al., 2017). L’objet frontière permet de modéliser les processus de partage en jeu. En collaborant, des praxéologies sont partagées, c’est-à-dire qu’un point de vue commun est adopté sur ce qu’il faut faire et comment le faire (la praxis) ainsi que sur les justifications de cette praxis (le logos). Cela nous permet d’aborder des questions telles que : Qu’est-ce qui empêche le partage de ces savoirs ? Comment faciliter ce partage ?

 

Vendredi 24 mars 2023 – 14h-16h
Les nourritures politiques

Intervenante :

  • Stéphanie Sagot Maîtresse de conférences en art à l’université de Nîmes, membre de l’axe ADS du laboratoire le MICA de l’Université Bordeaux III, directrice du groupe de recherche en création-située SITÉ de l’Université de Nîmes

Invitée par : Jérôme Dupont

Résumé : De l‘agriculture au culinaire, les nourritures sont profondément politiques renvoyant à nos manières d’habiter mais aussi de consommer le monde.  Elles sont ainsi symptomatiques des relations collectives et intimes que nous tissons dans nos relations au vivant. Nous interrogerons un ensemble d’initiatives contemporaines qui abordent ces questions. Jérôme Dupont chercheur à PROJEKT propose d’aborder ces questions avec Stéphanie Sagot, artiste et maîtresse de conférences qui fonde en 2007 un centre d’art et de design portant sur l’alimentation, La cuisine, et qui crée en 2016 avec l’artiste franco-américaine Suzanne Husky Le Nouveau Ministère de l’Agriculture, duo artistique dans lequel elles explorent les enjeux des politiques agricoles et de l’agrobusiness.

 

Vendredi 21 avril 2023 – 14h-16h
Les « participations » multiples dans le contexte du design

Intervenante :

  • Joanna Saad-Sulonen, associate professor, IT University of Copenhagen; titulaire de la chaire AUF IMéRA, Université Aix-Marseille, Février-Juillet 2023

Invité·e par : Thomas Watkin

Résumé : Qu’est-ce que la participation dans le contexte du design? Je m’interroge sur cette question en revisitant mon travail de designer-chercheuse durant les 15 dernières années dans de nombreux projets portant sur les technologies et services de l’information en Finlande et au Danemark. Je commence par un aperçu historique et théorique de la tradition scandinave du design participatif qui a émergé dans les années 1970 en réaction à l’imposition des technologies de l’information sur le lieu de travail. Je passerai ensuite à une série de projets à travers lesquels j’élaborerai sur la façon dont multiples participations se déploient et s’entrecroisent: de participations dirigées par des designers au « design-in-use »/« design-en-utilisation » entrepris par des collectifs divers, en particulier dans un contexte urbain. Je termine par une réflexion sur le rôle potentiel du design participatif avec et pour les communs, en tant que préoccupation contemporaine dans un monde aux prises avec des crises environnementales et économiques.

 

Vendredi 26 mai 2023 – 14h-16h
Design de jeux expressifs : perspectives pour l’innovation sociale

Intervenant·es : 

  • Sébastien Genvo, Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication, Université de Lorraine, Centre de recherche sur les médiations, équipe Pixel.
  • Stacie Petruzzellis, Maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Lorraine, Centre de recherche sur les médiations, équipe Pixel.

Invité·es par : Michela Deni

Résumé : Comment partager une histoire de vie individuelle par le jeu ? N’y a-t-il pas une contradiction à vouloir transmettre des évènements établis à un joueur qui est en quête de possibilités d’appropriation, d’exercice des possibles ? Et à l’inverse, dans ce cas, comment faire œuvre de médiation par rapport à l’expérience vécue d’autrui ? Ces questions sont au cœur du concept de jeu expressif, développé au sein du Centre de recherche sur les médiations de l’Université de Lorraine depuis le début des années 2010 dans une perspective de recherche-création. Le jeu – dans sa dimension expressive -, peut également être considéré comme un cadre d’actions processuel dans lequel la production des événements peut être élaborée. À cet effet, nous aborderons également les dimensions fictionnelles et narratives de l’expérience ludique au prisme de problématiques sociales : faire l’exercice des possibles (par le biais de la fiction et/ou de la narration) peut-il permettre le développement des capacités d’agir des joueurs à la fois dans le cadre du jeu mais également au-delà de celui-ci ? En somme, la communication reviendra sur le cadre théorique ayant permis de développer ce genre de jeu, sur les productions ludiques qui ont été conçues dans ce cadre (en abordant les problématiques de conception et de réception), tout comme sur les projets en cours, qui s’inscrivent dans une perspective de design visant une innovation sociale.