Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

PROJEKT | March 29, 2017

Scroll to top

Top

Programmes de recherche

Le projet scientifique du groupe PROJEKT est de contribuer à la connaissance, à la transformation et à l’amélioration de l’habitabilité du monde par la conduite de projets de recherche s’appuyant sur des projets de design. Il s’articule autour de trois axes développant chacun des programmes de recherche.
_

Axe 1 : Design, innovation sociale, recherche-projet

projekt-005

Séance d’atelier aux ARD 8 Nîmes 2013

L’axe 1 « Design, innovation sociale, recherche-projet » est un axe de recherche horizontal et transversal qui traite du socle épistémologique et méthodologique commun à toutes les recherches de l’unité. Il permet d’assurer l’animation transversale au sein de l’équipe et comporte deux programmes de recherche.
_

Épistémologie et méthodologie de la recherche en design
Responsable scientifique : Stéphane Vial

Ce programme vise à approfondir la recherche fondamentale en épistémologie et méthodologie de la recherche en design, non seulement dans la perspective d’innovation sociale propre à l’unité, mais aussi dans une perspective plus générale. Dans un contexte national de structuration institutionnelle de la recherche en design (place du design au Conseil National des Universités, développement des thèses en design, perspectives de création d’un doctorat français en design pour rivaliser avec les grands programmes doctoraux internationaux du domaine, développement des publications académiques en design, etc.), il est plus que jamais nécessaire d’approfondir l’effort de recherche en ce domaine, afin de contribuer à l’établissement des bases scientifiques de la discipline en contexte français et afin de favoriser l’émergence d’autres équipes de recherche en design en France. L’objectif de ce programme est donc d’une part de travailler à la définition et à l’amélioration des modèles et des méthodes de la recherche en design, et d’autre part de développer des activités et des méthodes de formation à la recherche en design.
_

L’usager en design : modèles, références, définitions
Responsable scientifique : Michela Deni

Ce programme de recherche vise à répondre à plusieurs questions sur le concept d’usager en design. Les chercheurs et les professionnels s’interrogent à la fois sur les identités multiples de l’usager en design et sur les modalités proposées dans plusieurs domaines pour intégrer cet usager complexe et stratifié dans le processus de conception. L’usager est défini, selon les cas, comme individu, citoyen, bénéficiaire, acteur, sujet, agent, client, consommateur. Premièrement, au-delà des choix lexicaux, nous croyons que chaque définition est à la fois à exploiter et à décliner dans des contextes spécifiques. Pour cela, des apports trans- et interdisciplinaires sont nécessaires, notamment toute contribution relevant des disciplines ayant une tradition scientifique dans l’étude des usages, de la réception et de l’interprétation comme le design, l’ergonomie, la sémiotique, l’anthropologie, l’ethnographie, la sociologie, la phénoménologie. Ensuite, il s’agit d’étudier l’intégration de l’usager dans les processus de conception à partir de l’analyse à la fois des méthodologies et des outils servant cette intégration. Encore une fois, les apports croisés des disciplines évoquées ci-dessus permettront de conduire des études de cas (projets aboutis) ainsi que des études de terrain (projets en cours) afin de vérifier s’il y a bien, dans la conception en design, de véritables stratégies d’intégration de l’usager et, le cas échéant, de définir comment l’usager est effectivement intégré dans le processus de conception. Notre but est celui d’une réflexion à la fois critique et constructive visant à caractériser des méthodologies interdisciplinaires qui peuvent, en fonction de chaque domaine, donner lieu à une intégration effective de l’usager grâce à la prise en charge de plusieurs compétences.
_

Axe 2 : Design, politiques publiques, territoires

L’administration, la gestion et la décision du devenir territorial des villes et des campagnes amène à mettre en synergie les acteurs au cœur de nouveaux processus relationnels visant l’innovation centrée-usager.  L’injonction de la participation au niveau des politiques publiques, la demande croissante de reconnaissance individuelle et personnalisée des citoyens et communautés sont des phénomènes qui engagent une conception nouvelle de l’action publique ainsi que des services publics. Les collectivités territoriales tout comme les entreprises consultent les bénéficiaires de leurs actions pour guider ou appuyer l’action des politiques publiques. Conscients de la nécessité d’une innovation centrée sur l’intégration de l’usager, les services publics conçus par les collectivités locales ou au sein des hôpitaux recourent au design pour avoir une meilleure vision des pratiques réelles d’action du bénéficiaire et de ses véritables besoins. Le phénomène est socialement en plein essor, comme en atteste la demande croissante dans les derniers projets du Master Design parcours « Design, Innovation, Société » via des partenaires comme le Conseil Départemental du Gard, l’Assistance Publique Hôpitaux de Marseille ou le Centre Hospitalier Régional Universitaire de Nîmes (CHRU), sur des problématiques comme l’accueil de jour des personnes âgées, les démarches pour bénéficier du RSA, l’accueil des familles dans les hôpitaux, l’amélioration de la prise en charge des patients et la bientraitance dans les hôpitaux.

  • Design des services publics centrés-usager
  • Design durable des territoires
  • Design social et solidaire

_

Design, bénéficiaires, services publics
Responsable scientifique : Michela Deni

Ce programme de recherche repose sur l’étude du design des services publics destinés à l’amélioration de la vie des bénéficiaires concernés par ces services. Le travail de l’équipe se concentre sur les services publics proposés par les Régions, Départements, les hôpitaux et, en général, les institutions publiques. La première piste à exploiter concerne la définition des bénéficiaires des services publics, qui ne sont pas forcément les usagers de ces mêmes services. Nous sommes régulièrement interpellés par des institutions en demande de nouvelles méthodes destinées à l’innovation. Les dynamiques sociales de ces dernières années ont démontré la nécessité de changer les paradigmes de conception des politiques ainsi que des services publics étant encore aujourd’hui basés sur des modèles de management datés se concentrant notamment sur le fonctionnement de l’institution et non pas sur les véritables nécessités des destinataires. En revanche, la démocratie participative, ainsi que toute initiative comportant la conception des services qui intègrent les bénéficiaires, se démontre efficace à plusieurs échelles, mettant en évidence la nécessité de recourir au design, dont la préoccupation historique a toujours été l’amélioration de la vie des usagers.

_

Design, communautés, pratiques de l’habitat
Responsable scientifique : Thomas Watkin

Ce programme de recherche porte sur les dynamiques liées à l’habitat, en tant que structuration de l’espace par des modes d’appropriations et d’investissements individuels et collectifs (territorialisation, réseaux, marquages, limites) et aux modes actuels de l’habiter au centre des phénomènes sociaux et urbains contemporains. Le terme de communauté envisagé dans cette recherche porte autant sur les liens de cohésion entre habitants et résidents que ceux établis entres les acteurs, notamment professionnels, qui participent à la mise en place, au développement ou à la gestion de ces formes d’habitats. Plus spécifiquement, ce programme s’intéresse à analyser les dispositifs d’habitat pouvant générer du lien social par des formes de solidarité et d’engagement, et à agir sur les comportements ou manières de faire dans une perspective de responsabilité et de durabilité. Dans une démarche de recherche-projet en design, cette recherche souhaite apporter aux acteurs concernés des éclairages comparatifs sur les expériences observées. Un dialogue avec les collectivités, services publics ou acteurs de l’intérêt public et d’utilité publique sera privilégié. Il incitera notamment la mise en synergie d’acteurs publics, privés ou associatifs impliqués au plus près du développement et de la gestion du logement : ANIL (Agence Nationale pour l’Information sur le Logement), bailleurs sociaux locaux, USH (Union Sociale pour l’Habitat). Un accent sera plus spécifiquement mis sur les projets d’habitat participatif qui ont au lieu en région et dans le département du Gard. L’analyse envisagée de ces modes d’habitat et de leurs pratiques s’intéresse à des contextes culturels divers (Europe, Amérique du Nord, Bassin méditerranéen, Asie) dans une démarche comparative et anthropo